Georges : what else !...

Il a eu 84 ans aux prunes Georges. Et si au premier abord, avec son élocution hésitante, on pourrait croire que le poids des ans a fait son œuvre, il suffit de passer un quart d'heure avec lui pour s'apercevoir qu'il a encore du gaz Georges; au point d'être devenu un incontournable de la BA. 10 ans de bons et loyaux sévices en quelque sorte… Bon pied, bon œil (malgré un gros pépin cardiaque), et surtout une connaissance du job infaillible. Le job précisément c'est un des plus délicats de l'assos: recouvrer les créances et encaisser les participations des bénéficiaires. Georges c'est celui qui fait rentrer le grisbi et il ne rigole pas avec ça !

Portrait du Tom Hagen de la Pomme...

"C'est par l'intermédiaire de Charles François Déodati que je suis rentré à la BA. J'avais 73 ans, l'âge où j'ai pris ma retraite. C'est un peu tard, mais je dirigeais une entreprise de distribution de boissons que j'ai transmise à mon fils, Jacques. Et pour faire la soudure, je l'ai accompagné quelques années…"
Employeur durant toute sa carrière, avec les charges qui incombent à la fonction, Georges n'a jamais trop eu de hobby. "Je n'avais pas le temps… Donc comme j'étais dans le secteur alimentaire j'ai mis mon expérience au service de la Banque." Une expérience qui a vite fait de lui un indispensable. "C'est un peu exagéré de dire ça. Je suis passé par la distribution, puis à l'approvisionnement où j'ai succédé à Louis Blanc. J'y ai formé Jacques Ansquer, avant qu'il ne prenne la présidence. Et au début de 2012, j'ai endossé la charge du recouvrement des associations bénéficiaires. Notamment les gros retards de paiements ou les encours trop importants. Car il y a toujours ceux qui se font tirer l'oreille dès qu'il s'agit de se mettre à jour…"
Diplomatie, correction et fermeté: voilà le triptyque qui fait flores chez Georges. Et ça marche ! Car on ne la lui fait pas… Après avoir instauré la mensualisation pour la participation solidaire des assos, il veille désormais à ce que les retardataires s'acquittent de leur écot "au cul du camion", comme il dit joliment. Echéanciers de remboursements, comptes apurés: ils se sont pratiquement tous mis au garde-à-vous, le doigt sur la couture du pantalon. "Je sais qu'il y a encore quelques dérives, mais je veille à ce que les crédits ne soient pas creusés et je fais la chasse à la mauvaise volonté. Mon objectif c'est que d'ici à fin 2015 tout le monde soit à jour".

180 voix pour 182 votants !

A raison de cinq heures par jour, du lundi au vendredi, il abandonne ainsi sa gentille épouse, Fredienne; laquelle aimerait le voir un peu plus à la maison, mais n'ignore pas qu'il a besoin de ce carburant pour être en forme.
Et tant pis si dans son viatique il a oublié de glisser l'informatique. "Là, j'ai du mal. C'est un gros regret que de ne pas avoir su prendre ce virage. A l'époque de l'entreprise, mes collaboratrices faisaient le boulot à ma place. Alors je n'ai jamais cherché à comprendre. Je sais qu'avec cet outil je pourrais être davantage opérationnel à la BA."
Ne cherchez donc pas son adresse mail, il n'en a pas… Mais peu importe.
Et même s'il passe parfois pour le Torquemada du porte-monnaie, les gens l'aiment bien, Georges. Mieux, ils le plébiscitent. Aux élections de 2013, où votaient les bénévoles et les membres des associations bénéficiaires, il a obtenu 180 voix, pour deux bulletins nuls, sur… 182 votants.
"J'ai reçu ce vote au CA comme une reconnaissance du travail accompli et je remercie sincèrement tous ceux qui me font confiance. L'essentiel c'est que j'aie la santé." Et le bonhomme sait de quoi il parle : en 2004, juste avant d'arriver à la BA, il a subi une opération à cœur ouvert. Du reste quand il évoque cet incident de parcours, il va jusqu'à cette étonnante confidence: "Pour tout dire, parfois je pense que si je n'avais pas eu la BA,  je ne serais plus là…" Tout est dit.
On allait oublier: pour l'état civil c'est Monsieur Baïotto.
Mais, vous l'aurez compris, pour tous ceux qui le pratiquent au quotidien, c'est tout simplement le célèbre Georges.
What else ? 

                                                                                                      JLK